Mon chien aboie lorsqu’il entend des bruits – Que faire ? #2

Dans la première partie nous avons vu pourquoi notre chien pouvait aboyer lorsqu’il entendait des bruits. J’ai aussi volontairement mis l’accent sur l’importance de prendre du recul sur cette situation, pourtant souvent désagréable pour nous, propriétaires, afin de nous montrer plus compréhensifs vis à vis de nos chiens aboyeurs.
Je vais désormais pouvoir partager avec vous les solutions qui peuvent être envisagées pour modifier ce comportement 🙂

Petit avertissement : ce deuxième volet est long et assez technique. Et normalement c’est là que vous comprenez pourquoi j’ai volontairement divisé cette thématique en deux parties. Mais croyez moi, l’aspect théorique évoqué dans le premier article est tout aussi essentiel que l’aspect pratique de celui-ci ;).
Toutefois comme l’ensemble des données pédagogiques proposées sur ce blog, il n’y a pas de recette miracle : juste du bon sens, du travail et de la patience. N’hésitez pas à vous tourner vers un professionnel de votre région si vous ne vous en sortez pas seul.

La prévention

Qu’est-ce que c’est ?

Empêcher autant que possible que le chien entende les bruits qui le font déclencher lorsque l’on n’est pas en mesure de l’entraîner.

Pourquoi ?

La prévention est souvent une étape fortement négligée en éducation. Se concentrer sur le fait d’apprendre un nouveau comportement au chien est très important, mais il est essentiel de manager au maximum le chien entre les séances éducatives, sinon la progression ne peut pas se faire correctement. En effet sans management, le chiens se renforcera (d’une manière ou d’une autre, mais d’une manière que vous ne contrôlez pas !) à travers ses aboiements.

Comment ?

Si votre chien réagit au bruit extérieur, vous pouvez fermer les rideaux/volets/stores, tout en mettant la télévision, la radio, de la musique en fond sonore. Évidemment, dans certains cas il est parfois impossible de couvrir tous les bruits, mais les réduire est quand même bénéfique.

Ci-joint une Playlist de musique relaxante pour chien, proposée par Pamela Johnson :

Empêcher le aussi d’avoir accès aux endroits les plus bruyants de la maison, surtout pendant votre absence (typiquement la porte d’entrée si vous vivez dans un immeuble où il y a du passage).
Si vous n’avez pas la possibilité de le laisser dans une pièce, n’hésitez pas à opter pour un parc à chiot.
Une fois que votre chien n’est plus dérangé par les bruits, vous pouvez lui laisser l’accès à l’ensemble de la maison.

Gardez à l’esprit que si votre chien craint d’être laissé seul, cela peut exacerber les aboiements. Aussi est-il essentiel de travailler sur tout un tas d’autres aspects, qui vont affecter positivement le comportement de votre chien.

Si vous lisez régulièrement le blog de Game of Dog, ce n’est pas la première fois que vous m’entendez dire que « le problème n’est pas le problème« . Je l’avais d’ailleurs déjà évoqué dans l’article sur la marche en laisse. En outre, quand vous travaillez sur un comportement spécifique il est capital de s’attaquer aux comportements qui gravitent autour.

Ainsi, prévoyez suffisamment d’exercices et de stimulation mentale. Le deuxième article sur le chien dit réactif contient pas mal d’astuces pour améliorer le quotidien de votre chien en lui proposant des activités favorisant la décontraction.
Renforcer le calme et apprendre à votre chien à ne rien faire est aussi un des passages obligatoires pour réduire les aboiements.

Apprentissages dans un environnement maitrisé

Qu’est-ce que c’est ?

C’est organiser des sessions éducatives, ludiques et faciles, où vous contrôlez les nuisances sonores. Vous pourrez ainsi contre-conditionner votre chien aux différents bruits et lui apprendre les comportements adéquats.

Pourquoi ?

La prévention est une étape essentielle, mais l’apprentissage l’est tout autant. Dans tous les cas, les deux sont intimement liés, comme le rappelle si bien Emily Larlham à travers cette excellente métaphore que je vous ai traduite :

Mais être constamment dans la prévention et le management du comportement d’un chien peut très vite devenir épuisant pour le propriétaire. Et surtout le chien n’apprend pas quoi faire à la place du comportement que l’on estime indésirable. Il est donc très important de mener des séances d’éducation spécifiques (avec un début et une fin) afin d’apprendre au chien quel comportement adopter lorsqu’il entend les bruits qui le font déclencher.

Pour obtenir de véritables résultats, tâchez le plus possible être sur un ratio :
20% de prévention / 80% d’apprentissages

Attention, l’objectif n’est pas d’épuiser le chien avec des séances éducatives trop longues, où vous risqueriez de mettre le chien en immersion. Les séances doivent rester courtes, ludiques, et progressives. Mais elles doivent être régulières et multiplier les différents scénarios afin que le chien généralise le plus possible le nouveau comportement à adopter.

Comment ?

D’abord déterminez les bruits auxquels votre chien réagit, puis trouvez un moyen de reproduire ces bruits. Par exemple, si votre chien réagit aux aboiements des autres chiens, vous pouvez rechercher des aboiements de chien sur le net. Si votre chien réagit aux coups sur la porte d’entrée, toquez vous-même le sol, puis le mur, puis la table, avant de reproduire le coup exacte que fait votre main sur votre porte d’entrée.

Pendant la première séance d’entraînement, reproduisez le bruit à un faible volume, et donnez-lui immédiatement une friandise (à forte valeur pour de meilleurs résultats). Vous voulez d’abord vous assurer que votre chien n’est pas surpris par le bruit.
Augmentez le volume au fur et à mesure, sans pour autant y aller de manière crescendo : un coup faible, un coup plus fort, encore plus fort, plus faible, plus fort, etc… Réduisez le volume si vous sentez que votre chien est mal à l’aise.

Faites d’abord les bruits à l’intérieur de votre maison, dans des pièces qui ne sont pas à l’origine du son qui déclenche votre chien.
Typiquement si votre chien aboie à chaque fois que quelqu’un sonne à la porte, réaliser vos séances loin de l’entrée de votre maison ; exemple: dans votre chambre, dans la cuisine, voir même dans votre salle de bain si votre chien à l’habitude de réagir très vivement à ce type de son.
Utilisez plusieurs bruits différents, avant d’employer celui qui déclenche réellement votre chien. Par exemple, s‘il est question de la sonnette, enregistrez la sur votre téléphone pour travaillez avec elle dans d’autres pièces sur les premières séances. Puis petit à petit rapprochez vous de l’entrée et finissez par utiliser le vrai son.

Ce protocole sera bientôt disponible en vidéo, en français, sur notre chaine Youtube. En attendant, vous pouvez en voir l’illustration, en anglais, par mon mentor, Emily Larlham. :

Combien de séances d’éducation dois-je réaliser ?

Plusieurs séances d’entraînement seront nécessaires pour conditionner une nouvelle réponse émotionnelle aux bruits que votre chien entend. Généralement il faut au moins six sessions autour de ce protocole avant d’obtenir de vrais résultats. Mais pour certains chiens avec un passif d’aboyeur conséquent, le nombre de séances sera plus important. N’hésitez pas à vous filmer et/ou à tenir un carnet de bord afin de noter vos progrès !

Renforcement des comportements naturels en situation réelle

Qu’est-ce que c’est ?

Ce que vous devez faire lorsque votre chien aboie alors que vous n’êtes pas en session d’entrainement + les autres comportements que vous devez renforcer en parallèle, au quotidien, afin d’obtenir de meilleurs résultats.

Pourquoi ?

Malgré un protocole d’apprentissages bien mené et une attention toute particulière donnée à la prévention, on ne peut jamais tout anticiper. Il faut donc savoir quoi faire en situation réelle, lorsque nous nous trouvons face à un bruit qui nous est impossible de couvrir, ou quand nous ne sommes pas en séance d’entrainement.

Comment ?

Si vous entendez un bruit AVANT que votre chien aboie, marquer calmement son comportement (« oui », « bien », « good boy/girl »), et allez chercher une friandise pour le renforcer.
Plutôt que d’avoir toujours une pochette à récompenses sur vous, vous pouvez aussi disposer des pots de friandises (non accessibles par votre chien), dans toute la maison, afin d’être toujours prêt à renforcer plus vite que votre ombre.

Au début, donnez une friandise à votre chien après CHAQUE bruit suspect que vous entendez. Faites-le pendant 2 semaines successive afin de constater un changement de comportement. À l’avenir, lorsque votre chien sera à l’aise avec les bruits, vous ne serez plus obligé de lui donner des friandises.

Bien entendu s’il s’agit d’un bruit que vous avez travailler en séance d’entrainement et que votre chien n’y a pas réagit appliquez là aussi cette technique : marquer calmement + renforcer + continuer, tout au long de sa vie, de le renforcer de manière aléatoire.

En revanche si votre chien a aboyé de suite APRES le bruit et que vous n’avez pas pu réagir, vous pouvez utiliser l’interrupteur positif qui indique à votre chien de cesser ce qu’il est en train de faire et de vous regarder.
Bien entendu ce comportement doit être mis en place sur des séances d’éducation particulières, où vous créerez plusieurs scénarios différents qui reproduisent des contextes de la vraie vie.
Si vous utilisez l’interrupteur positif en situation réelle (donc hors des séances éducatives), ne récompensez pas votre chien lorsqu’il cesse ce qu’il est en train de faire. Dites lui juste que « c’est bien » et redirigez-le vers un autre comportement, par exemple : aller à son panier. À ce moment là vous pourrez le renforcer.
En effet, si vous récompensez l’interrupteur positif en situation réelle, donc dans cet exemple lorsque votre chien a aboyé, vous risquerez de renforcer une chaîne de comportements : j’aboie -> elle fait son kissy-noise (c’est mon interrupteur positif), ou m’appelle -> elle me récompense…. Je vais donc ré-aboyer pour que de nouveau elle me demande d’arrêter, puis me récompense.

⚠️Interrompre votre chien lorsqu’il aboie ne va pas résoudre le problème. Dans toutes les solutions que je vous propose, la partie la plus importe est celle des apprentissages ! Tenez en compte lorsque vous allez commencer ce protocole. ⚠️

Que faire à l’avenir ?

Une fois cette rééducation effectuée, n’hésitez pas à continuer à renforcer votre chien de manière aléatoire si ce dernier ne réagit pas au bruit qui le faisait habituellement déclencher. Gardez en tête qu’un comportement qui ne se trouve plus renforcé finit toujours par disparaître 😉
Si votre chien entend un bruit inhabituel et semble perplexe, communiquez avec lui. Dites à votre chien, d’une voix calme et rassurante, que vous aussi vous avez entendu le bruit et que ce n’est pas un problème. Puis renforcez-le en disposant plusieurs friandises au sol qui favoriseront le calme. Si votre chien est trop anxieux n’hésitez pas à vous éloigner du bruit si cela est possible.

Merci de nous avoir lu ! 🙂

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à commenter et à le partager ! 

Notre page Facebook ・Notre compte Instagram

1 Commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :