Pourquoi éduquer votre chien est essentiel à son bien être – Feat. Ken Ramirez

Je ne vous apprends rien en vous disant qu’Internet est vraiment merveilleux. Mais aujourd’hui, encore plus qu’hier (et sûrement moins que demain) j’ai envie de l’exprimer car je suis tombée sur un petit bijou : un documentaire réalisé par Benjamin Bonhomme.
Toujours en quête d’étendre (et d’actualiser) mes connaissances, j’ai suivi le conseil indirect d‘Iris Castaing, une éducatrice française dont je vous conseille vivement les stages et classe en ligne (il me tarde de participer à celle sur le médical training !) qui ventait les qualités de ce documentaire au détour des réseaux sociaux.

Benjamin Bonhomme est un célèbre éducateur canin français qui s’est formé auprès des plus grands noms du milieu et qui a proposé en France des événements exceptionnels, tels que les Dog Event.
Des conférences de plusieurs jours permettant de rencontrer et de découvrir le travail de professionnels étrangers à la pointe des dernières découvertes en matière de comportements et de sciences de l’apprentissage.

Le documentaire qu’il a réalisé en collaboration avec Nina Sommer, Jean Lessarder & Vinciane De Bruyne, s’appelle « Empowered Life« .
Il est actuellement seulement disponible en anglais, mais on me dit à l’oreillette qu’il devrait prochainement être sous titré pour les francophones #joiedansnoscoeurs.

Il s’agit de trois vidéo de plus d’une heure que Benjamin présente ainsi :

Je suis partis du principe que tout le monde ne pourrait peut-être pas avoir l’opportunité d’aller à des conférences telles que WOOF, Clicker Expo, PPG Sumit, etc, mais souhaiterait tout de même apprendre de ces experts. C’est pourquoi j’ai décidé de faire un documentaire de trois heures sur l’éducation et le béhaviorisme. Pour se faire, j’ai interviewé 16 orateurs reconnus dans le monde entier, en Floride, en Californie, au Royaume-Uni, en France et en Autriche.
Les trois parties qui composent ce documentaire, « S’il te plaît, donne-moi une voix », « S’il te plaît, ne m’exploite pas », et « Apprenons à nous connaître », souhaitent vous proposer les démarches les plus inspirantes, à l’heure actuelle, pour entrainer nos animaux de la meilleure manière possible.

Le documentaire commence avec une interview de Ken Ramirez, qui m’a incitée à rédiger cet article, tant ses paroles sont (une fois n’est pas coutume) pleine de bon sens.

Ken Ramirez est vice-président et responsable de la formation à Karen Pryor Clicker Training (KPCT). Dresseur et consultant depuis près de 40 ans, il était aussi vice-président, en charge des soins et du dressage des animaux, au célèbre Shedd Aquarium de Chicago.

Les besoins du chien

Ken Ramirez commence par lister les quatre composantes, qui sont selon lui, essentielles au bien être animal :

  • La santé
  • La nutrition
  • L’environnement (répondre aux besoin de chaque espèce – exemple: accès à l’eau pour un animal dont c’est un besoin important + une structure sociale qui lui correspond)
  • Le gestion des comportements = l’éducation / les apprentissages

C’est sur ce dernier point que Ken développe sa pensée et nous expose sa vision de l’éducation, qui est selon lui le point le plus problématique dans notre manière d’être avec les chiens. Car peu de gens prennent le temps de faire des séances d’apprentissage avec leurs chiens. Ils estiment être de bons propriétaires s’ils remplissent les autres besoins du chien.

Pourtant Ken nous met de suite en garde : l’apprentissage est tout aussi important que la nutrition. Personne ne se verrait dire « je n’ai pas nourri mon chien depuis un mois, je le ferai plus tard« . Combien de fois en revanche avez-vous entendu « oh moi je n’ai fait que quelques séances d’éducation/d’apprentissage avec mon chien au début, mais plus maintenant » ?

Pourquoi nous délaissons (trop) souvent l’éducation ?

Selon Ken Ramirez, il y a souvent méprise sur ce qu’on entend par « éducation/apprentissage ».
Trop de personnes confondent l’éducation et le fait d’enseigner des tricks, des tours de cirque. Certaines pensent quant à elles qu’il s’agit de dressage poussé à l’extrême, ou d’une démarche seulement nécessaire si l’on souhaite pratiquer une activité sportive avec son chien, ou l’utiliser comme un « outil » dans notre quotidien (chien de troupeau, chien de défense, etc…)..

Ken Ramirez n’est bien entendu pas de cet avis. Pour lui, éducation = apprentissage. Et c’est d’ailleurs pour ça qu’il la fait entrer dans un des quatre éléments essentiels au bien être du chien. Car les chiens (et les animaux en général, humain et non-humains compris !) apprennent chaque jour de leur vie, dans la nature : comment trouver de la nourriture, comment communiquer entre congénères, comment interagir avec les autres espèces, etc…

Ils apprennent donc quotidiennement à s’adapter leur monde.
Notre job, en tant que personne qui est entrée dans leur vie, est donc de leur permettre de comprendre comment vivre dans le nôtre, qui est loin d’être naturel pour eux. Mais nous avons de la chance : l’apprentissage, lui, comme nous l’avons vu précédemment, est quelque chose de naturel !

Ken Ramirez ajoute que les gens sont souvent frileux de parler d’apprentissage parce qu’ils est parfois difficile pour les propriétaires de s’y retrouver entre toutes les approches éducatives qu’on leur propose.

On pourrait les classer ainsi :

  • Celles qui emploient la force et l’intimidation
  • Celles qui se basent sur la coopération et qui cherchent à établir une relation saine entre le chien et son environnement

Très souvent les personnes qui se sont éloignées de l’éducation l’ont fait parce qu‘elles sont tombées sur les mauvais professionnels. Elles refusaient de voir les chiens se faire malmener, ou sentir que les chiens étaient contraints. Et elles ont eu raison de fuir !

Malheureusement ces approches canines sont encore courantes et parfois les approches présentées comme positives n’apportent pas toujours pleine satisfaction. Le terme est devenu tellement vendeur qu’il est parfois difficile de s’y retrouver et de savoir ce qu’on entend par là.

Ne pas confondre la science des apprentissages et la relation

Quand on demande à Ken Ramirez de définir ce qu’il entend par « relation », il met de suite en évidence le fait que c’est un concept assez difficile à définir.

Alors que l’éducation est basée sur la science des apprentissage, la relation elle se construit autour de la confiance. Mais cette confiance est elle même issue des sciences de l’apprentissage, puisque pour savoir si nous apprécions ou non un individu, nous nous basons sur notre historique de renforcements ou de punitions avec lui.
En effet, je ne vous apprends rien en vous disant qu’une personne avec laquelle vous avez passé 90% de bons moments est un être que vous appréciez, alors qu’une autre avec qui c’est plutôt l’inverse (90% de négatif), vous allez plutôt chercher à l’éviter. Ce genre d’historique permet alors l’établissement de la confiance.

Mais Ken spécifie bien que ça n’est pas parce que la « relation » n’est pas un concept évident à définir qu’on doit pour autant la laisser de côté.

Trouver le juste équilibre entre relation et éducation

Enfin il évoque l’importance de trouver un équilibre entre ces deux concepts, car tous deux sont intimement liés.

Mais très souvent les plus cartésiens d’entre nous ont parfois du mal à considérer la « relation » à sa juste valeur et à lui donner autant de poids que les sciences de l’apprentissage.
Ces personnes ont souvent des chiens très bien éduqués, mais qui ne semblent pas franchement apprécier ce qu’ils font (et pas besoin d’employer la force et l’intimidation pour ça ; on peut aussi créer des situations et des émotions fort peu agréables pour le chien en pensant pourtant appliquer les principes de l’éducation positive – chien présentant de nombreux signaux d’apaisement, chien qui frustre, etc…-).

À l’inverse, certains mettront la relation au cœur de leurs interactions avec leurs chiens et délaisseront les sciences de l’apprentissage, persuadés que leurs chiens feront ce qu’ils veulent, tant qu’ils s’en occuperont bien et les aimeront pleinement.

Un excellent éducateur, prendra quant à lui en compte la science des apprentissages et sera le garant d’une relation basée sur la confiance.

À nous donc de ne jamais laisser notre chien faire face, seul, à l’adversité de notre monde d’humains. Seule l’éducation (ou la ré-éducation) pourra lui donner les clés nécessaires pour s’épanouir pleinement auprès de nous.
De plus il est essentiel de continuer de stimuler notre chien physiquement ET mentalement, même quand ce dernier parait déjà bien éduqué.

Image tirée de https://www.kenramireztraining.com

J’espère que cet article vous a plu ! 😀
Je ne peux que vous inviter à acheter les livres/dvd de Ken Ramirez (promis je n’ai pas d’actions à la Karen Pryor Academy).

Je vous conseille aussi vivement la lecture de ce super compte-rendu de Sharpei Attitude, où Ken délivre ces meilleurs conseils sur le renforcement.

Partages toujours bienvenus ! 😉

Notre page Facebook ・ Présentation de l’approche • Nos prestations


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :